Home arrow Introduction arrow Histoire
1.3 Découverte et étude de la BVD/MD PDF Drucken E-Mail

 

Les origines dès 1946

La première étude scientifique sur la BVD date 1946 [1][2]. A cette époque, des maladies des bovins singulières présentant diverses formes sévères sont apparues au centre du Canada et au Nord-Est des Etats-Unis. Les animaux les plus touchés présentaient des lésions des muqueuses à l'intérieur des naseaux, sur le mufle, les lèvres, et dans la bouche ; certains périssaient déjà 3 à 4 jours après avoir contracté la maladie. Comme aucune bactérie ne pouvait être mise en évidence, l'on pensa que ces symptômes étaient provoqués par un virus. La maladie était alors connue sous le nom de "Viral Diarrhoea" (VD).

 

Les annés 50

Dans les années 50, une maladie des bovins présentant quelques similitudes avec la Viral Diarrhoea est apparue dans l'état de l'Iowa (Etats-Unis), il a pourtant été généralement admis qu'il devait s'agir d'une autre maladie et ce, entre autres en raison des échecs des différentes tentatives de transmission expérimentale de la maladie. Les principaux symptômes de cette "nouvelle" maladie alors nommée "Mucosal Disease" (MD) étaient des saignements et des lésions des muqueuses dans le tractus gastro-intestinal [3].

 

Dès 1960

Ce n'est qu'en 1960 que des études ont permis de découvrir de grandes similitudes entre les virus VD et MD. De plus ces deux virus sont apparentés au virus de la peste porcine classique. Un premier vaccin contre la VD a vu le jour en 1961, il possédait cependant aussi de nombreux effets indésirables. Au cours des années 60 et 70, les activités de recherche se concentrèrent principalement sur des infections expérimentales, en particulier pendant la gestation et chez les nouveau-nés.
Il est alors apparu clairement que la BVD-MD pouvait engendrer des avortements spontanés, des malformations ou des veaux chétifs. On a aussi découvert que la "MD chronique" était à imputer à une infection du veau au cours de sa gestation, que ces veaux étaient infectés permanents (de façon durable) et qu'ils ne produisaient aucun anticorps destiné à lutter contre le virus de la BVD-MD. La première transmission artificielle de la Mucosal Disease date seulement de 1984. [9] La combinaison de virus des deux biotypes s'est révélée être à l'origine de symptômes bien plus sévères que celle de deux biotypes identiques.

 

Table 1: Repères sur la recherche sur la BVD  

 Année Evénement
 1946  Première observation de la Viral Diarrhoea chez un bovin
 1953 Première observation de la Mucosal Disease 
 1961 Premier vaccin contre la BVD
 1973 Découverte de l'immunotolérance chez les animaux infectés  permanents
 1984 Première transmission de la MD en laboratoire
 1988 Décryptage de la structure du génome du VBVD
 1994 Identification du génotype II

 

Lutte contre la BVD

Les années 90 ont vu le lancement de divers programmes nationaux d'éradication (programmes ayant pour but de supprimer la BVD), principalement dans les pays du Nord de l'Europe. De tels programmes existent aussi à des niveaux régionaux (Land de Basse-saxe/D, Province de Rome/IT).

 

Table 2: La lutte contre la BVD en Europe

 Année Pays
 1992  Début de l'éradication en Norvège
 1993 Début de l'éradication en Suède
 1994 Début de l'éradication au Danemark
 1994 Début de l'éradication en Finlande
 1994 Début de l'éradication sur l'île de Shetland